Comment ne pas se laisser influencer par la majorité ?

« Soudain, je ne sais comment, le cas fut subi, je n’eus loisir de le considérer, Panurge, sans autre chose dire, jette en pleine mer son mouton criant et bêlant. Tous les autres moutons, criant et bêlant en pareille intonation, commencèrent à se jeter et à sauter en mer après, à la file. La foule était à qui le premier y sauterait après leur compagnon. Il n’était pas possible de les en empêcher, comme vous savez du mouton le naturel, toujours suivre le premier, quelque part qu’il aille ».

Rabelais, Pantagruel : Le Quart Livre, Chapitre VIII

Connaissez-vous cette histoire ? Est-ce qu’elle vous choque ?

Pourtant, beaucoup d’humains font de même…

On ne s’en rend pas toujours compte, même très rarement lorsque l’on est au milieu du troupeau. Mais ces comportements peuvent nous mener là ou ne nous voulions surtout pas aller.

Nous allons voir ensemble, dans quelles situations de la vie courante les Hommes se révèlent être, de véritables moutons de Panurge.

1. L’angoisse de la solitude 

Être dans le troupeau, c’est rassurant. Marcher seul sur un petit chemin obscure, beaucoup moins. Pourtant, ne dit on pas qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné ? Une route très fréquentée est elle forcément symbole du chemin à suivre ? 

Et si, au bout, ne se trouvait pas ce que l’on recherchait réellement ?

Normalement, à partir de cet ligne de l’article, on essaie tous de réfléchir à une situation qui nous est arrivée, ou bien qui nous arrive en ce moment même. Une situation un peu trop similaire à cette histoire. Si vous ne voyez pas encore la vôtre, vous allez sûrement mieux comprendre par la suite.

Être seul, dans n’importe quelle situation, n’est jamais évident. D’autant + pour des individus peu sûrs d’eux. Peu sûrs d’eux, pour deux causes : un manque de confiance en soi (et donc la peur de s’affirmer), ou bien, un manque de connaissances.

Nous pouvons remarquer à travers les expériences suivantes, à quel point un seul instant de solitude peut pousser les personnes à changer de chemin. Peu croyable, et pourtant, comment aurions nous réagit ?

Ci-dessous, vous pouvez cliquer sur le diaporama pour voir cette vidéo et ces articles :

Pour l’exemple des sondages pour la présidentielles, il n’est même plus question d’imiter une attitude, mais carrément d’imiter un avis. Le changement va donc très loin.


Sommes nous capables de ne « pas avoir d’avis » pour rejoindre la « majorité » ?


C’est ici clairement un problème de manque de connaissances, ou le fait d’avoir peur d’être seul à avoir un autre avis. Et cette étude malheureusement ne concerne pas que le domaine de la politique…

Dans le fitness ainsi que dans la nutrition, cette effet de conformisme va très (trop) loin.
Essayer de faire exactement le même training/la même diète qu’autrui alors que chaque personne est complètement différente. Essayer d’avoir le même rythme qu’une personne alors que le mode de vie est complètement différent. Se dire que « le pain c’est mal » « le beurre c’est mal » « car « personne » n’en mange dans votre accueil Instagram. Se dire qu’on a pas le droit de se reposer car PERSONNE des personnes que vous suivez ne se repose…
Et j’en passe…

2. L’envie de marcher dans la bonne direction :

Ne nous a-t’on pas assez répété que nous étions tous différents ?
Pourtant, l’Homme a tendance a toujours se comparer à son voisin. Et, parfois, ce n’est pas la peur de la solitude qui le pousse à rejoindre les chemins très fréquentés, mais plutôt l’envie que ça marche, pour lui aussi. 
Et dans ces moments là, bien-sûr, on en oublie la première phrase : nous sommes TOUS, différents. Voir les autres réussir, ça donne envie, et c’est normale. Jusque là, tout est normal. Mais, pourquoi ne pas penser au après ?

Foncer tête baissée, ça peut marcher, quand tous les facteurs dépendent uniquement de NOUS.

Mais, quand on fait confiance à quelqu’un, à quelque chose, beaucoup de facteurs en dépendent. Et dans ces moments là, foncer tête baissée, ça peut faire mal. C’est bien de voir sur les réseaux :

« Marie, a perdu 20 kg en 4 semaines *Photo spectaculaire* Si toi aussi, tu es motivé(e), contactes moi! »

Malheureusement :

1) Il n’y a aucune preuve que Marie a perdu ces 20 kg en seulement 4 semaines
2) Pourquoi on ne montre jamais Marie, 1 an après? Où est-elle passée?

Alors parfois,  souvent, l’émotion prend le dessus. L’envie de réussir, l’envie d’ENFIN perdre ces quelques kilos qu’on considère « en trop » depuis 10 ans. Et là, on le contacte. On envoie ce mail, à ce coach que l’on pense capable de nous délivrer. Sans se demander une seconde : « COMMENT a-t’elle pu perdre 20 kg en 4 semaines ? » « A-t’elle repris du poids après ? » « Hey, mais au fait, c’est pas dangereux de perdre aussi vite ? »


Tant de questions, dont on devrait connaître les réponses. Mais, ce n’est pas évident pour tout le monde, puisqu’à force de voir cela partout, et de ne JAMAIS voir la vérité, on peut être complètement aveuglé, et se dire : « Marie va super bien. Elle n’a jamais repris de poids. Elle n’a pas développé de TCA (Troubles du Comportement Alimentaires) et elle n’a pas eu de baisse d’énergie (et d’hormones, et de libido). »

En lisant ça, vous vous rendez bien compte que c’est le genre de problèmes qui arrivent à 90% des personnes qui foncent tête baissée.
Nous aurions aussi pu parler du régime Duka* qui fût tant à la mode pendant quelques années (le groupe a réalisé 38 millions de chiffre d’affaire rien qu’en 2012). 
Ce régime qui marchait si bien pour tout le monde en apparence, et qui a pourtant causé de nombreux problèmes à de nombreuses personnes. Jusqu’au jour, ou UNE personne a dénoncé les « effets secondaires », et que tout le monde l’a suivi. C’est pour tout ça, que je vous écris cela.

Pas pour taper sur les doigts de Marie.
Pas pour taper sur la tête de son coach (quoi que… Non, je vais éviter, promis).

Mais, pour divulguer de vraies informations. Pour faire de la prévention. Pour vous aider à démêler le vrai, du faux. Le mythe, de la réalité. Parce que LE VRAI, c’est qu’il y a autant de solutions qu’il y a d’humains sur la Terre. C’est ce que nous étudierons ensemble. Comment savoir ce qu’il vous faut à VOUSComment arrêter de diaboliser des choses qui ne sont pas la source de votre mal être, et plutôt comment intégrer ces choses que vous aimez, de façon à trouver votre équilibre. Le but : vous éviter d’abîmer votre santé, physique mais surtout mentale. De perdre le moins d’années possibles à aller dans la mauvaise direction. Et surtout : ouvrir votre esprit. Car souvent, c’est parce que nous n’avons pas regardé autour de nous, que nous n’avons pas remarqué tous les autres jolis chemins que nous pouvons emprunter. Que ce soit en nutrition, en sport, en développement personnel ou bien dans n’importe quel autre domaine, la pensée réductionniste (ou bien le conformisme) n’a jamais amené de nouvelles découvertes. Cette façon de pensée nous empêche donc d’être libre, puisqu’elle consiste à aller machinalement dans le sens de la norme. Je pense que vous êtes tous ici pour apprendre, et vous avez fait le bon choix ! L’apprentissage et les connaissances, sont en effet la solution pour éviter les pensées conformistes et le fait de suivre le troupeau sans se demander pourquoi. Quand on se demande pourquoi, et qu’on répond à notre question le mieux possible, on peut au moins être fier de dire « c’est mon choix, et je fais ça, parce que … ».

Nous pouvons appliquer l’exemple de la nutrition à tous les autres domaines.

Si je vous demandais ces choses, pourriez vous me répondre de façon détaillées sans me dire « j’ai lu que… » ?

  • Pourquoi consommez vous des matières grasses polyinsaturées (avocat, oléagineux, huile, graines…), plutôt que des saturées ?
  • Pourquoi ne mangez vous pas de gluten (hormis si vous êtes intolérant bien-sûr) ?
  • Quelles sont selon vous, les 5 choses les plus dangereuses pour la santé ?

Je vous laisse me répondre en commentaire, je reviendrai sur chacune de ces questions en détails. Ensemble, nous pouvons vraiment apporter des connaissances, et surtout, beaucoup de bonnes ondes !

Alors, oseriez vous sortir d’un sentier battu et penser COMPLETEMENT différemment de ce que pensent « tout le monde » ? 🙂

16 réflexions sur “Comment ne pas se laisser influencer par la majorité ?”

  1. Passionnant ! Vraiment, super article, le lien avec le monde du fitness est intéressant .
    Les expériences sur le conformisme sont dingues… (j’en ai regardé d’autres dans la foulée, c’est hyper intéressant). J’ai beaucoup ri devant celle sur les personnes qui se lèvent au moment de la sonnerie, vu de l’extérieur ça paraît stupide et aberrant. Pourtant, puis-je affirmer que j’aurais réagi différemment ? Non, (je mets mon ego de côté), je ne peux pas l’affirmer.

    1. Margaux Hertert

      Je suis comme toi, même si elle m’a énormément surprise, je ne peux pas affirmer que j’aurai réagi différemment, et ça me fait à la fois rire et peur aha !

  2. Un truc qui m’interpelle dans le milieu du sport : je vois des personnes débuter la musculation (sans aucun objectif de compétition) et immédiatement commencer à prendre de la protéine en poudre et toutes sortes de compléments alimentaires. Je vois des débutants commander dans quantités impressionnantes de Whey et de compléments alors qu’ils n’ont pas les bases en musculation ni en alimentation… Mais comme « « tout le monde » » en prend, ils en prennent. Le fameux shaker de whey fait son petit effet. J’ai même entendu un mec dire un jour « ça j’en prends parce que… ah non je ne sais plus à quoi ça sert mais bon on m’a dit d’en prendre donc j’en prends ! ». Voilà qui fait au moins les affaires de MyProtein, Womens best & co.

    1. Margaux Hertert

      Oui. Le fameux « sans ça, je ne progresserai pas ». C’est aussi un certain « réconfort » à travers ces achats injustifiés : je n’ai pas encore tel niveau, MAIS je prends ça, et ça, et ça, et ça va me faire progresser plus vite !
      Encore une fois, le manque d’informations, ou l’afflux de mauvaises informations..

  3. Quelles sont, selon moi, les 5 choses les plus dangereuses pour la santé :
    – L’excès (consommation excessive de certains aliments, excès d’alcool, restriction alimentaire excessive, mais aussi excès de sport, excès d’hydratation…)
    – Le stress (peut mener à des excès cf au-dessus, dépendances, + des mécanismes un peu longs à expliquer)
    – Les dépendances car elles génèrent forcément du stress et de l’angoisse. En tant qu’ex-fumeuse je suis bien placée pour le savoir.
    – Le manque de sommeil ou un sommeil non-réparateur sur le long terme
    – Plus globalement, le fait de ne pas être bien dans sa tête car –c’est mon point de vue mais il n’est pas partagé par tous- le mental a une répercussion immense sur le corps.

    Et bien sûr boire du Destop, inhaler du White Spirit, manger des œufs moisis, du poisson ayant passé la journée en plein soleil, dormir nu dans un glacier, regarder tous les films de Stanley Kubrick en 24h (dangereux pour la santé mentale)….

    1. Margaux Hertert

      C’est génial ces réponses !
      Très contente de voir que tout ça te parle.
      Ces 5 sujets seront traités de façon certaine sur le site !
      Le 2 ème point est selon moi le plus important de tous, et malheureusement très négligé.. Peu de personnes en parlent, et c’est pourtant le « nerf de la guerre »… Affaire à suivre 🙂
      En tous cas, pour la fin de ton commentaire je te rejoins totalement, sauf pour le Destop, ça pourrait être une bonne détox ? Ahaha 🙂

  4. Victoria Djordjevic

    Nickel! J’ai adoré cet article !

    Les 5 chose les plus dangereuses pour la santé selon moi sont:
    – Le stresse
    – Les produits industriels (surtout le sucre)
    – Être inactif trop longtemps (pas de sport)
    – Ne pas prendre du temps pour être au contacte de la nature (parc, forêt, montagne, …)
    – Avoir une mauvaise qualité de sommeil

    1. Margaux Hertert

      Très contente si tu as aimé Victoria 🙂
      Tes réponses sont géniales !! Vraiment. C’est top de voir que vous êtes sur la même longueur d’onde ! Se rendre compte de ces 5 facteurs, c’est vraiment avoir pris le recul nécessaire et se rendre compte de ce qui nous impacte pour de vrai, alors bravo !
      Hâte de vous en dire plus 😉

  5. Selon la seule chose qui est vraiment dangeureuse pour la santé est l’excès.
    L’excès est pour moi la chose la plus à bannir. Je ne parle pas que de l’excès de nutrition mais cela peut être aussi un excès de travail, un excès de manque d’ouverture d’esprit… L’excès est vague. A partir du moment où tu t’empêches de faire quelque chose que tu aimes, ou de manger quelque que tu aimes pour x raisons, c’est mauvais pour la santé du corps et du mental. Par exemple on dit qu’il ne faut pas manger de produits industriels parce que il y trop d’additifs etc. Oui je suis parfaitement d’accord mais delà à tout bannir, à se priver, se frustrer et à en faire une obsession cela un excès aussi. En simple, je pense que tout excès est nocif.

    1. Margaux Hertert

      Très vrai. Les extrêmes ne sont jamais bon… On ne peut pas trouver l’équilibre de cette façon !
      Et le mental a beaucoup + d’influence sur la santé que ce qu’on ne le pense.. Alors oui, l’extrême du sain, quand ça tourne à l’obsession, c’est aussi un excès !

  6. Il me semble (mais je peux me tromper) que les acides gras poly-insaturés sont meilleurs pour le cœur et les artères et qu’ils donnent du bon cholestérol, après c’est comme tout, il faut en consommer raisonnablement, de façon équilibrée et sans abus.
    Personnellement je consomme du gluten car c’est tout simplement la protéine du blé, le problème du gluten c’est que le blé qu’on produit et consomme a subi trop de modifications génétiques, le gluten a donc tendance à être plus difficile à éliminer et à être irritant, on est loin du gluten d’antan qui lui ne posait aucun problème. Le mieux c’est d’éviter les farines trop blanches

    1. Margaux Hertert

      Oui, tu as tout à fait raison pour le fait que c’est comme tout, et qu’il faut en consommer raisonnablement sans abus.
      Cependant, où as tu lu qu’ils étaient meilleurs ? Enfin je veux dire, quel procédé scientifique les rend meilleurs ? 🙂
      Car lorsqu’on cherche en profondeur, on se rend compte qu’ils ne sont pas forcément meilleurs que les saturés.. (Découverte assez récente pour ma part, qui a beaucoup changé ma vision des choses!)
      Pour le gluten, on est totalement d’accords ! Plus c’est naturel et non raffiné, mieux c’est.

      1. C’est un peu ce qu’on entend et lit de façon générale mais j’avoue que je n’ai jamais cherché plus en profondeur.
        Mais les saturés ne sont pas à bannir totalement non-plus, c’est comme pour le gluten, et comme tout de façon générale, un peu de tout sans excès ☺️

  7. Et enfin les 5 choses les plus dangereuses pour la santé c’est le manque de sommeil, dormir c’est essentiel, on n’a pas tous besoin du même nombre d’heures mais on a tous besoin d’un minimum d’heures
    Ensuite le stress, ça agit directement et indirectement sur le corps et le mental. Il y a du stress stimulant mais généralement ce n’est pas pas celui-là qui est nocif
    Les excès en tout genre, alcool, tabas, malbouffe, tout ce qui est excessif est nocif
    Le sucre, ça m’embête de le dire mais le sucre blanc c’c’est vraiment mauvais et dangereux, il faudrait vraiment miser sur des sucres plus complets naturels et moins raffinés.
    Et enfin, l’entourage… Les personnes qui nous entourent peuvent autant nous pousser et nous tirer vers le haut, que nous rabaisser voir aller jusqu’à nous détruire, choisir ceux qui nous entourent est primordial

    1. Margaux Hertert

      Dormir, totalement !
      Le stress, encore plus… Et le sommeil et le stress sont liés, tout comme ton dernier point qui est très important : l’entourage. Qui a une énorme part dans le stress/la détente.
      Les excès également, car quand ça tire d’un côté, il y en a forcément un autre qui en pâtit..
      Très intéressant ce commentaire en tout cas 🙂 merci Gloria !

  8. Laurence Hertert

    Tout à fait d’accord sur l’excès d’excès qui nuit à l’équilibre du corps et de l’esprit ! Encore plus avec le sommeil que je commence à connaître sous toutes ses formes y compris dans ses excès : trop Ou pas assez, et qui est la colonne vertébrale de l’équilibre psychique et physique , on l’oublie trop souvent !
    Je dirais pour terminer qu’il ne faut pas trop scruter ce qui est sensé être bon pour sa santé au risque de trop y penser en oubliant le plaisir … L’instinct reste un bon indicateur chez l’homme et il faut aussi le laisser en libre cours pour qu’il puisse nous guider sur la voie du bonheur dont tu parles très bien Margaux !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *