La reconversion professionnelle

Bonjour à toutes, tous ! Moi c’est Jérémy Kohlmann. 

C’est la première fois que je prends la parole ici, et avant de vous en dire plus, il faut que vous sachiez deux ou trois petites choses sur moi. Si je me permets aujourd’hui de parler de travail, de vie, de reconversion, mais aussi de tout ce qui touche à internet, c’est que j’ai expérimenté cela. Jamais vous ne m’entendrez crier sur un sujet que je ne comprends pas, je ne vous ferai pas cet affront. Je pense que sur ces dernières années, j’ai changé de thématique pro et de business model 6 ou 7 fois. Certains appèleront ça un simple pivot, il s’agit finalement de se reconvertir et de se renouveler sans cesse. Aujourd’hui coach en communication digitale, je discute avec vous de ce petit bout de vie, par lequel nous passons tous.

Comment amorcer cette reconversion professionnelle ?

A force de travailler avec des entrepreneurs, je commence à repérer un schéma récurrent dans le processus de reconversion. On se sent piégé dans une vie qui ne nous convient plus et souvent, sans réfléchir, sans parachute, on se lance dans l’inconnu. C’est selon moi une mauvaise idée. Vous ne devez pas sauter à l’aveuglette dans une nouvelle vie.

Une reconversion, cela se prépare !

Tout d’abord, posez-vous quelques questions :

– Pourquoi ma vie actuelle ne me convient plus ?
– De quoi ai-je besoin dans cette nouvelle vie pour être plus épanoui ?
– Comment puis-je l’obtenir ?
– Est-ce qu’un changement de vie va vraiment me rendre heureux (heureuse) ?

Ne sautez pas bêtement dans l’herbe plus verte du voisin, le processus est difficile, je ne veux pas que vous soyez trop vite découragé, le chemin ne sera pas facile.

Si vous avez trouvé réponse à toutes ces questions, c’est le moment de faire un point sur vous, et de trouver votre nouvelle voie.

Commencez par lire beaucoup.

Il existe aujourd’hui de nombreux livre qui parle des forces professionnelles dont vous disposez, qui vous expliquent comment trouver votre voie, qui vous donne tous les conseils possibles et imaginables pour aborder sereinement ce grand saut que vous vous apprêtez à faire.

Lisez-les.

Parlez-en avec des personnes qui les ont lu et qui ont déjà fait cela, pensez-bien tout cela jusqu’à trouver le chemin qui est le vôtre et qui a le plus de chance de vous rendre heureux.

On ne lit jamais trop en période de doute et de remise en question.

Quelques livres à conseiller ?

– Pouvoir illimité d’Anthony Robbins

– La semaine de 4h de Tim Ferris
– The obstacle is the way, Ryan Holliday – Le point de bascule, Guy Kawasaki

etc…

Je pourrai vous en citer bien d’autres, mais en partant des bio de ces derniers et en remontant le fil, vous devriez déjà changer de regard sur le monde qui vous entoure, surtout dans la cadre professionnel.

Changer de vie pro, c’est aussi savoir se prémunir !

Oui, je parle bien d’argent. La première année sera peut être compliquée. Touchez-vous des aides de l’état ? Votre famille va t’elle vous aider ?
De combien avez-vous besoin pour vivre ?

Ce sont des questions très importantes à se poser en amont.

A mon avis, il vous faut l’équivalent d’un an de train de vie, de côté sur un compte, pour vous lancer sereinement et prendre le temps de gagner de l’argent avec votre nouvelle carrière.

Bien entendu, si vous passez du salariat au salariat, cela ne devrait pas se poser en ces termes ; mais si vous vous lancez dans l’entrepreneuriat, c’est important.

Changer de vie : savoir s'entourer avant de se lancer

On ne vous le dit pas assez, mais beaucoup de gens vont essayer de vous décourager si vous essayez de changer de vie pro du tout au tout, tout simplement parce qu’ils ont peur pour vous ; ou encore parce que vous les mettez face à leur propre peur de le faire.
Ils vont vouloir vous décourager, vous en empêcher, ils vont vous mettre un tas d’idées dans la tête.

Ecoutez-les, ils ont peut-être raison au fond, mais ne tenez pas compte de ce qu’ils disent.
Entourez-vous de personnes fortes, qui entreprennent, qui se lancent, qui osent, et qui ne se laissent pas décourager par la vie.
Entourez-vous de personnes qui sont un moteur plutôt qu’un frein, et qui ont un impact positif sur votre vie.
Vous êtes la moyenne des 5 personnes que vous fréquentez le plus, faites bon usage de cette information.
Et au fait, « si vous êtes la personne la plus intelligente de la pièce, c’est que vous êtes dans la mauvaise pièce.

Finalement, avant d’amorcer sa reconversion professionnelle, on fait quoi ?

  • On se pose des questions sur ce qui nous donne envie de changer, on réfléchit à ce que l’on veut, au lieu de penser à ce qu’on ne veut plus.
  • On lit beaucoup pour se donner des idées.
  • On pense à l’argent, c’est important pour tenir sur la durée.
  • On s’entoure de personnes positives qui vont nous aider à avancer.

Et surtout on n’oublie pas, le chemin est bien souvent plus important que la destination, il suffit d’avoir confiance et de se donner les moyens de ses ambitions.
Merci à tous pour ce moment passé ensemble, ce premier article, j’espère que vous aurez pris du plaisir à le lire, comme j’ai pris du plaisir à l’écrire.

Pour en savoir plus sur moi, jetez un oeil à jkohlmann.fr et en attendant, je vous dis à très bientôt !

Jérémy, raconteur d’histoires.

3 réflexions sur “La reconversion professionnelle”

  1. Merci pour cet article très intéressant, simple, clair et efficace. J’ajouterais une question à se poser : « qu’est-ce qui m’empêche de me reconvertir ? ». Est-ce la peur de manquer d’argent ? La peur de se tromper et de se rendre compte que l’on était mieux avant (ce fameux truc « On sait ce que l’on perd mais pas ce que l’on gagne ») ? La peur de l’opinion des autres ? Les efforts que cela demande ? etc etc. Une fois que l’on a identifié ce qui nous bloque, on peut l’analyser et prendre le temps d’envisager des solutions. C’est une simple supposition de ma part, ne m’étant jamais reconvertie mais envisageant de le faire… un jour 🙂

    1. Margaux Hertert

      Tes questions sont tout à fait justes, et je pense que c’est celles auxquelles nous faisons tous (pour la plupart) face.
      Cependant, peut-il être mieux de rester dans le doute/la peur, au risque d’avoir des regrets, ou de tester et prendre le risque de réussir et d’être plus heureux ? 🙂 Car, même si l’on échoue, un échec n’est pas une fin en soi, et l’on peut toujours ré essayer, s’améliorer, re tester.. Et puis, on ne restera pas avec ce fameux « j’aurai peut être du » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *